Interview de Franck Pissochet, Directeur de la Communication du groupe ESIEA

Guid'Formation | 20.04.2016 à 11h32 Mis à jour le 21.04.2016 à 10h46
image

L’ESIEA (Paris et Laval) est une école administrée par l’Association des anciens élèves.
 
Guid’Formation : Quelle est la caractéristique de votre école d’ingénieurs ?
Franck Pissochet : L’ESIEA est une école d’ingénieurs en sciences et technologies du numérique qui forme des ingénieurs en 3 ou 5 ans.
 
Guid’Formation : Quels sont les profils de vos étudiants ?
F.P. : La majorité des post Bac entrant en première année sont des bacheliers S. Pour les autres filières (STI2D, ES), nous leur proposons un accompagnement spécifique. On peut aussi entrer en 3è année après un IUT ou une classe préparatoire.
 
Guid’Formation : Quels programmes proposez-vous ?
F.P. : Pendant les 3 premières années, la formation est assez généraliste et associe l’informatique et l’électronique. En 4è année, les étudiants choisissent une première filière ; systèmes d’information ou systèmes embarqués. En 5è année, les spécialités sont multiples : de la sécurité informatique à la réalité virtuelle en passant par le big data.
 
Guid’Formation : Quelle est votre approche pédagogique ?
F. P. : Nous privilégions une pédagogie de projets et le travail en équipe. Les étudiants doivent réaliser deux grands types de projets par an. Le premier est un projet scientifique et technique à l’initiative des enseignants ou des entreprises partenaires. Le second est un projet de formation humaine choisi par l’étudiant en fonction de ses goûts et de ses passions: organisation d’événement ou autre.
Nous misons vraiment sur l’association entre la formation scientifique et la formation humaine, entre les compétences techniques et le savoir-être.
Par ailleurs, nous privilégions les stages en entreprise, de plus de 13 mois au total sur 5 ans, dont 6 mois la dernière année. Nous proposons aussi un cursus en apprentissage.
 
Guid’Formation : Quels sont les débouchés les plus importants ?
F.P. : On manque d’ingénieurs dans le numérique. Tous nos étudiants sont donc facilement embauchés à l’issue de leur formation. Plusieurs domaines connaissent une pénurie d’experts. Pour n’en citer que deux : la sécurité informatique et le big data par exemple.
 
Propos recueillis par Nathalia Kapferer